Daily Bulletin


The Conversation

  • Written by Thibaud Sauvageon, Reporter indépendant, cofondateur de Science vagabonde, correspondant du laboratoire CREM, Université de Lorraine

Thibaud Sauvageon et Mariana Díaz sillonnent le monde à la rencontre des acteurs du monde des sciences. Après une première partie de voyage en Amérique du Nord, ils nous livrent leur témoignage.

L’Amérique du Nord, terre de sciences

En nous lançant dans le projet Science vagabonde, Mariana et moi souhaitions dresser un état des lieux des sciences dans le monde. Comment les différentes cultures du monde influencent-elles la manière de voir et de faire les sciences ? Et à l’inverse, comment le développement scientifique modifie-t-il les différentes cultures locales ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons débuté notre voyage au mois d’avril. De notre point de départ sur la côte ouest mexicaine où nous étions allés à la rencontre de pêcheurs et de biologistes marins, nous avons traversé, sac sur le dos, une partie des États-Unis et du Canada.

Médiation scientifique : le rêve américain ? Itinéraire suivi dans le cadre du projet Science vagabonde.

De San Diego à Washington, en passant par San Francisco, Montréal ou encore New York, nous avons poussé les portes d’universités, de centres de recherche et de musées des sciences. Nous avons également rencontré des chercheurs, des étudiants et des médiateurs scientifiques. Nous avons eu l’occasion de tourner quatre reportages à San Diego, Berkeley, Montréal et Sherbrooke, sur des thématiques aussi variées que la glycobiologie, la génétique ou la bioraffinerie. Mais au-delà de ces tournages, l’échange avec de nombreux acteurs du monde scientifique sur leur lieu de travail a été une véritable expérience en soi.

Médiation scientifique : le rêve américain ? Visite du Laboratoire des Technologies de la Biomasse de l’Université de Sherbrooke.

La notoriété des États-Unis en termes de sciences n’est plus à faire. Ce pays aux 371 prix Nobel est à la pointe dans de très nombreux domaines de recherche. Bien que pouvant être sujet à de nombreuses critiques, le système universitaire étatsunien, très élitiste, se révèle efficace dans la production de résultats scientifiques.

Mais qu’en est-il de la transmission des sciences vers le grand public ? La médiation scientifique est-elle à la hauteur des travaux menés dans les laboratoires étatsuniens ?

Des chercheurs investis dans la médiation scientifique

Nous avons tout d’abord été surpris par l’assez bonne qualité de vulgarisation dont a fait preuve la totalité des scientifiques rencontrés. Qu’il s’agisse de professeurs, de doctorants ou même de stagiaires, nous avons remarqué une certaine aisance à situer leurs recherches dans leur contexte.

Cette faculté à adapter son discours au public visé pourrait bien s’expliquer par un système éducatif très axé sur l’expression orale. À l’université, les étudiants enseignent dès la licence. Cette place accordée à l’enseignement dans la formation universitaire se perçoit très clairement dans leur prise de parole en public. L’Histoire des sciences n’est pas non plus négligée dans les différents cursus universitaires. On enseigne aux futurs scientifiques, de manière systématique, l’histoire de leur discipline. Selon nous, ce point est fondamental pour former non seulement de bons chercheurs, mais aussi de bons communicants.

N’oublions pas non plus que les États-Unis se sont fait une spécialité du spectacle ! Dans cette culture du « show » et de la mise en scène, on ne s’étonne pas de voir des scientifiques adopter un véritable jeu d’acteur le temps d’une animation auprès du grand public.

Médiation scientifique : le rêve américain ? Pascal Gagneux, chercheur à l’Université de Californie à San Diego, n’hésite pas à donner de sa personne lors de l’événement « Taste of Science », dans un bar de San Diego.

Une activité utile voire nécessaire

Mais plus que par la manière de communiquer les sciences, nous avons avant tout été étonnés par l’importance accordée à cette communication. Les chercheurs que nous avons sollicités se sont montrés très disponibles, n’hésitant pas à nous accorder plusieurs heures de leur temps pour nous faire visiter leurs installations et échanger autour de leurs travaux. Les rencontres avec les universitaires vont souvent bien plus loin qu’une simple interview. Ils prennent le temps de vérifier que l’on a bien compris leur sujet et n’hésitent pas à nous expliquer dans le détail les concepts de base de leur discipline.

Médiation scientifique : le rêve américain ? Johan Jaenisch, de l’Université de Californie à Berkeley, nous donne un cours de génétique.

Pascal Gagneux est chercheur en glycobiologie à l’Université de Californie à San Diego. Il nous confie que pratiquer la médiation peut avoir une utilité bien concrète :

« La vulgarisation peut toujours apporter des gens qui vont te donner de l’argent. Il y a pas mal de recherches aux États-Unis qui profitent de la philanthropie de privés qui rencontrent un chercheur ou une chercheuse et qui disent “J’aime bien ce que tu fais. Fais plus !” »

Il n’est effectivement pas rare de voir, dans les universités étatsuniennes, des amphithéâtres ou bâtiments portant le nom de donateurs. Dans ce contexte où le mécénat est considéré comme une source de financement à part entière, il est important de ne pas négliger les actions de médiation scientifique pour séduire de potentiels financeurs.

Mais outre cette utilité liée aux financements, on ressent presque une forme de militantisme à vulgariser les sciences. Car si les chercheurs peuvent être perçus par certains comme une élite, la proportion d’Étatsuniens mettant en doute certains principes scientifiques de base est déroutante. 4 Étatsuniens sur 10 seraient créationnistes, alors que de nombreuses personnes remettent en doute l’idée même du changement climatique… Une grande partie des scientifiques que nous avons rencontrés se sentent investis d’une mission : celle de remettre un peu d’ordre dans cette société où scepticisme et déni scientifique sont trop souvent confondus.

Comme l’explique Alexandre Mauron, professeur d’éthique à l’Université de Genève, il est nécessaire de savoir remettre en doute certains consensus scientifiques, du moment que cette remise en cause s’appuie sur la méthode scientifique et sur des arguments rationnels. Lorsque le rejet de certaines théories se base sur des opinions relevant de croyances irrationnelles, on peut alors parler de déni scientifique.

La lutte contre le déni scientifique semble donc être le cheval de bataille de nombreux chercheurs pratiquant la médiation scientifique aux États-Unis.

La communication scientifique comme véritable enjeu politique

Selon Yves Gingras, sociologue des sciences à l’Université du Québec à Montréal, informer le grand public fait partie intégrante du rôle du scientifique dans une société démocratique :

« Aujourd’hui, nous vivons dans un monde essentiellement technoscientifique. Au XXIe siècle, une démocratie et un choix éclairé obligent la connaissance des éléments de base de la science. La fonction du scientifique est donc d’apprendre aux gens à réfléchir de façon rationnelle […] pour prendre des décisions éclairées sur les réacteurs nucléaires, sur les OGM, sur les pluies acides… »

Médiation scientifique : le rêve américain ? Rencontre avec Yves Gingras, sociologue des sciences à l’Université du Québec à Montréal.

Et si les chercheurs n’hésitent pas à utiliser personnellement la médiation comme outil de persuasion, les institutions et centres de recherche prennent également ce rôle très à cœur.

L’Innovative Genomics Institute, à Berkeley, a par exemple mis en place un programme de médiation intitulé Ask a scientist (en français, « Demande à un scientifique »). Sur simple inscription sur son site, l’institut propose une rencontre en visioconférence entre des élèves du monde entier et leurs chercheurs. En touchant directement le grand public, l’institut souhaite rompre avec des idées reçues sur l’édition génomique.

Médiation scientifique : le rêve américain ? Rencontre entre Kevin Doxzen, chercheur de l’Innovative Genomics Institute, et des lycéens dans le cadre du programme « Ask a Scientist ».

Selon Yves Gingras, il faut néanmoins rester vigilants face à la communication scientifique officielle de certains centres de recherche. Ces derniers utiliseraient parfois communication et médiation dans un intérêt purement stratégique :

« Les scientifiques vous promettent mers et mondes. Au début des années 70, j’étais allé à un congrès où le directeur d’un laboratoire nous disait “Le réacteur de fusion nucléaire, ça va être prêt dans les années 90.” On est en 2018, on n’a pas de réacteur à fusion nucléaire. Mais qu’est-ce qu’on nous annonce ? Des réacteurs à fusion nucléaire pour 2045 ! […] On prend les gens pour des naïfs. Il y a un lien entre la propagande scientifique, l’économie de la promesse et le déclin de la confiance envers les scientifiques. »

Dans le but d’obtenir une large visibilité médiatique et d’augmenter les chances de financements, certains laboratoires seraient ainsi prêts à promettre des résultats qu’ils n’ont pourtant pas les moyens actuels d’obtenir. Cette communication émanant des institutions pourrait en fin de compte desservir leur cause lorsque des intérêts sous-jacents sont perceptibles par le grand public.

Vers de nouveaux horizons

Après notre voyage à la rencontre du monde scientifique aux États-Unis, nous avons finalement pu constater que la médiation est généralement considérée comme une activité utile par les chercheurs. Elle n’est, à ce titre, pas négligée.

Cependant, malgré ces efforts sincères de transmission de la connaissance, les médiateurs sont souvent rattrapés par une réalité difficile. Le déni de science est un phénomène bien présent auquel il est parfois dur de se confronter. Cette incompréhension du monde scientifique par le grand public est d’une complexité telle que la médiation des sciences ne suffira pas à inverser la tendance à elle seule. Il s’agit incontestablement d’un problème à dimension politique. Réconcilier l’ensemble de la société étatsunienne avec les sciences, voilà un véritable défi pour les années à venir.

Pour conclure, ajoutons qu’à l’issue de deux mois de voyage, nous n’avons bien sûr pu capter qu’une infime partie de ce que peut représenter le monde scientifique nord-américain. Pour nous permettre un parallèle avec la méthode scientifique, la comparaison est toujours plus aisée que la mesure absolue. Nous reprenons donc la route avec de nouveaux points de référence et avec une curiosité d’autant plus grande : celle de découvrir d’autres univers culturels et scientifiques. Après un deuxième passage par le Mexique, nous nous envolerons bientôt pour Cuba. Nous essayerons de comprendre comment ce pays a pu se maintenir à la pointe de la recherche en sciences médicales malgré un embargo économique d’un peu plus d’un demi-siècle…

En attendant, n’hésitez pas à réagir, retrouver nos reportages et suivre notre avancée sur notre site Internet : sciencevagabonde.com.

Authors: Thibaud Sauvageon, Reporter indépendant, cofondateur de Science vagabonde, correspondant du laboratoire CREM, Université de Lorraine

Read more http://theconversation.com/mediation-scientifique-le-reve-americain-99372

Writers Wanted

Heading back to the playground? 10 tips to keep your family and others COVID-safe

arrow_forward

Qatar expresses 'regrets' for 'any distress' to women invasively searched in baby incident

arrow_forward

Education & More – Family Tips on How to Settle in Bangkok

arrow_forward

The Conversation
INTERWEBS DIGITAL AGENCY

Politics

Prime Minister Interview with Kieran Gilbert, Sky News

KIERAN GILBERT: Kieran Gilbert here with you and the Prime Minister joins me. Prime Minister, thanks so much for your time.  PRIME MINISTER: G'day Kieran.  GILBERT: An assumption a vaccine is ...

Daily Bulletin - avatar Daily Bulletin

Did BLM Really Change the US Police Work?

The Black Lives Matter (BLM) movement has proven that the power of the state rests in the hands of the people it governs. Following the death of 46-year-old black American George Floyd in a case of ...

a Guest Writer - avatar a Guest Writer

Scott Morrison: the right man at the right time

Australia is not at war with another nation or ideology in August 2020 but the nation is in conflict. There are serious threats from China and there are many challenges flowing from the pandemic tha...

Greg Rogers - avatar Greg Rogers

Business News

AppDynamics Solves Visibility Gap Between Traditional Infrastructure and Cloud Environments

New Full Stack Observability Platform, Integration With Cisco Intersight Workload Optimizer and Cloud Native Visualisation Features Provide Cross Domain Insights and Analytics of Business Perfor...

Hotwire Global - avatar Hotwire Global

Why Your Small Business Should Bulk Buy Hand Sanitiser

As a small business owner, employee and customer safety is at the very top of your priority list. From risk assessments to health and safety officers, appropriate signage and proper briefing...

News Co - avatar News Co

How Phone Number Search In Sydney Can Help Your Business

To run a successful business, keeping track of your company and competitors are the major factors. With a lot of tools, available businesses have options to stay current. One way in which busine...

News Co - avatar News Co



News Co Media Group

Content & Technology Connecting Global Audiences

More Information - Less Opinion